User menu

Boisclair

Admis en 2008

Bertrand Boisclair

Bertrand Boisclair
1928

En 1948, Bertrand Boisclair, son diplôme de l’École d’agriculture de Nicolet en poche et fort de ses 20 ans, se joint à son père dans la ferme familiale à Saint-Samuel-de-Horton. L’entreprise était alors spécialisée dans la production de foin. Mais la présence d’animaux à la ferme améliorerait la qualité des sols et Bertrand manifestait un intérêt marqué pour la production laitière, alors on décide de s’engager dans cette production et, avec les conseils de l’agronome Hector Béliveau, la race Holstein est choisie. C’était la fondation du troupeau Clairbois, un nom qui franchirait éventuellement nos frontières et même les continents.

La passion réelle de Bertrand Boisclair était avant tout l’élevage avec un grand E. Il voulait des animaux de race pure qu’il pourrait élever et ensuite développer en des sujets très performants, tant en production qu’en conformation. Il voulait aussi comparer son élevage aux meilleurs en participant aux expositions au Québec mais aussi ailleurs.

Au fur et à mesure du développement du troupeau, les succès se mirent à s’accumuler pour atteindre des niveaux peu souvent égalés. Aux nombreuses reconnaissances régionales, provinciales, nationales et internationales que les sujets Clairbois ont apportées à leur propriétaire se sont ajoutés de nombreux titres de Grande championne, plusieurs nominations et titres All-Canadian et All-American de même que 76 bannières d’éleveur ou d’exposant. Plus de 60 vaches portant le préfixe Clairbois ont aussi été classifiées au plus haut niveau, soit Excellentes.

En reconnaissance de ses succès exceptionnels en élevage, la ferme Clairbois a reçu de Holstein Canada trois reconnaissances de Maître-Éleveur. Seulement une dizaine de troupeaux canadiens dans toute l’histoire de la race ont réussi un tel exploit, mais Clairbois l’a réussi en seulement 25 ans, ce qui est une première.

Les débuts modestes du troupeau Clairbois, sa progression constante et ses succès de plus en plus remarquables ont fait en sorte que Bertrand Boisclair est devenu pour plusieurs au cours des années un modèle, quelqu’un qui inspirait le respect, quelqu’un que l’on voulait imiter. La ferme Clairbois, quant à elle, était devenue un endroit que tous les connaisseurs en élevage, qu’ils soient québécois, canadiens ou étrangers, se faisaient un devoir de visiter et où on prenait le temps de les recevoir.

C’est un euphémisme de dire que Bertrand Boisclair trimait dur à sa ferme et qu’il y investissait de longues heures. Cependant, il avait la volonté et trouvait le temps de s’impliquer dans les affaires de la race Holstein pour en améliorer la gestion et en promouvoir le rayonnement. Pendant 20 ans, il fut l’un des administrateurs du club Holstein des Bois-Francs et il en occupa la présidence de 1976 à 1982. Il a favorisé l’instauration par le club d’un système de remise annuelle de trophées au propriétaire de la meilleure productrice de chaque catégorie d’âge pour stimuler les efforts d’amélioration des troupeaux. Cette initiative a été reprise par d’autres clubs Holstein et par Holstein Québec au niveau provincial.

En 1982-1983, il préside aux destinées de Holstein Québec. C’est sous sa présidence que la Revue Holstein Québec est lancée et il en a d’ailleurs signé le premier éditorial. Bertrand Boisclair a aussi siégé au conseil d’administration de Holstein Canada de 1976 à 1987. À cette époque, la grande majorité des administrateurs de cet organisme venaient de l’Ontario. Bertrand Boisclair croyait fermement que la composition du conseil de Holstein Canada devait mieux refléter le nombre de membres répartis dans chaque région du pays. Ce ne fut pas un dossier facile, mais grâce à ses nombreuses interventions, le sujet a sensibilisé de plus en plus de gens et aujourd’hui, la parité avec l’Ontario est une réalité au sein de ce conseil.

Son implication a aussi touché d’autres sphères de la vie rurale. Ainsi en 1996, il est devenu maire de Saint-Samuel-de-Horton où il s’est appliqué à assainir les finances publiques et à mieux structurer le conseil pour le rendre plus autonome.

Au cours des ses 40 années de carrière, Bertrand Boisclair a su se bâtir une réputation d’homme passionné, tenace, déterminé, quelqu’un que l’on admire, que l’on veut imiter. Par son action, il a fouetté la fierté des éleveurs et il leur a insufflé le goût et la volonté d’être des décideurs et de prendre en main leur destinée. Il en a aussi convaincu plusieurs que l’agriculture pouvait être à la fois une profession excitante et rentable.

Sa passion de l’agriculture, il a su aussi la faire partager par sa famille et plusieurs des enfants sont actifs dans le milieu agricole. D’ailleurs, l’un de ses fils préside depuis 1995 aux destinées de la ferme Clairbois.

À Bertrand Boisclair, celui qui fut le mentor de toute une génération d’éleveurs au Québec, celui qui établissait les niveaux que l’on voulait atteindre et même dépasser, nous disons chaleureusement ce soir : Bienvenue au Temple de la renommée de l’agriculture du Québec.

Nos partenaires