User menu

Couët

Admis en 2000

Jean-Marie Couët

Jean-Marie Couët
1920

Voilà un homme qui a mené simultanément deux carrières : l’une à titre de professionnel du syndicalisme agricole et l’autre comme bénévole au sein de notre système d’éducation.

Né à Rivière-du-Moulin (Chicoutimi), il fait ses études dans sa région avant d’obtenir un diplôme en agronomie à La Pocatière. Il poursuit ensuite sa formation à l’École des Hautes études commerciales de Montréal. En 1945, il devient le premier employé permanent de la Fédération régionale de l'UCC. Sa double formation d’agronome et d’administrateur lui est quoti­diennement profitable dans l’exercice d’une fonction qu’il crée de toutes pièces, celle de secrétaire général qu’il occupera jusqu’en 1984. L’objectif ultime de son implication est de structurer la défense des intérêts des quel­que six mille producteurs agricoles et douze mille forestiers à une époque où la liberté de parole et d’action est conditionnée par le bon vouloir des politiciens.

M. Couët a toujours cru fermement que le développement global du milieu rural passait principalement par trois pôles majeurs que sont l’agriculture, la forêt et le tourisme. Il a été de tous les travaux menant à la formation d’entreprises coopératives locales et régionales, qu’elles soient agricoles ou forestières. Il use de ses talents d’orateur pour convaincre les produc­teurs du bien-fondé de mettre sur pied une importante coopérative régionale, d’où la fusion de la coopérative « Les abattoirs du Saguenay » et « La Régionale du Lac Saint-Jean » pour devenir en 1949 la « Chaîne coopérative du Saguenay ». Dix-huit ans plus tard, l’UCC fondait l’Association coopérative laitière qui, incidemment, allait devenir Nutrimor.

Parallèlement à une carrière de syndicaliste agricole bien remplie, il œuvre  pendant plus de trente-cinq ans comme bénévole en éducation. Il fait partie du Conseil supérieur de l’éducation, du comité d’implantation de l’Université du Québec à Chicoutimi, dont il sera l’un des requérants de lettres patentes et l’un des tout premiers administrateurs. Comme président du Comité d’étude sur la régionalisation de l’enseignement collégial, il obtient la création d’un cégep à Saint-Félicien. Pour le Collège d’Alma, il parvient à obtenir le statut de cégep de plein droit et l’autorisation de donner une option agricole en vue de former des exploitants de ferme, une première au Québec.

Il contribue également à mettre en valeur le potentiel touristique du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il est le fondateur entre autres de la Société tou­ristique de Rivière-Éternité, laquelle a amené les gouvernements à doter la région d’un des plus beaux parcs du pays.

M. Couët a maintes fois été reconnu par ses pairs. L’université du Québec à Chicoutimi lui a décerné le titre de docteur honoris causa de l’Université du Québec. Il a reçu le titre de Commandeur de l’Ordre du mérite agricole du Québec. Il a été fait officiellement membre de l’Ordre des vingt et un par la Société historique du Saguenay. Le MAPAQ lui a remis un certificat de reconnaissance pour son action déterminante et sa contribution exception­nelle au développement agricole et agroalimentaire québécois.

Nos partenaires